Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI 4g

2 r.

L'esprit du peintre doit être à la ressem- blance du miroir qui se transforme en la couleur des objets et s'emplit d'autant de ressemblances qu'il y en a devant lui : Bon peintre, tu dois être maître de contrefaire avec ton art toutes les formes que produit la Nature et tu ne sauras pas les faire, si tu ne les retiens par cœur.

Lorsque tu iras dans la campagne, que ton jugement porte sur les divers objets. Observe tantôt ceci, tantôt cela, réunissant les choses diverses de façon à laisser les moins bonnes. Ne fais pas comme certains qui, harassés par l'imagination, abandonnent l'œuvre, et en allant s'amuser, conservent de la fatigue dans leur esprit ; et maintes fois rencontrant amis ou parents et salués par eux bien des fois, ne les reconnaissent pas, tellement ils sont ahuris.

��Pelacane(médecin de Parme, mort en k}i6), dit que le plus grand bras de la balance tombera plus vite que le petit, parce que sa

�� �