Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI 73

27 V.

Composition.

Quand tu sauras la perspective et les mem- bres par cœur, considère les mouvements des hommes qui parlent, se disputent ou se battent, et ceux des spectateurs ; et note briè- vement sur un petit carnet, que tu auras toujours sur toi, de papier teinté, afin que tu n’aies pas à effacer, mais à conserver ; tu garderas ces carnets comme tes auteurs et maîtres.

Dessine lentement, en voyant d’abord quelles sont la plus forte lumière et l’ombre la plus forte, et comment elles se mêlent.

Que les ombres et les lumières s’unissent sans traits ou marques, en façon de fumée.

Quand tu te seras fait la main et le juge- ment, tu dessineras vite.

Le peintre doit être solitaire quand il est attentif à la spéculation. Si tu es seul, tu seras tout à toi, si tu es accompagné tu ne seras qu’à moitié à toi.

38 r. Certes, les erreurs nous apparaissent mieux

�� �