Page:L’Étourdi, 1784.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
99
L’ÉTOURDI.

Tous vos efforts & les miens ſeroient inutiles, me répondit-il, je ne connais pas d’autre expédient pour vous loger, que de vous réſoudre d’avoir un compagnon de lit. Sur ce que je me récriai à cette propoſition, la femme de l’aubergiſte répliqua, que je ne ſerais pas le ſeul, que c’était l’uſage pendant le temps que durait la foire & qu’il n’y avait point de maiſon dans la ville, qui ne fût rempli de monde, depuis la cave juſques au grenier. Déterminez-vous mon Officier, me dit-elle ; car pluſieurs perſonnes ſollicittent cette moitié de lit, & je ſuis fort aiſe de vous donner la préférence parce que de tout temps j’ai été attachée à Meſſieurs les Militaires, la perſonne avec laquelle vous coucherez, eſt un fort honnête marchand qui vient ici toutes les années, & j’ai ſoin de ne le faire coucher qu’avec quelqu’un comme il faut.

La laſſitude & la néceſſité me forcerent d’accepter la propoſition de l’hôteſſe. Je la remerciai de ſa préférence & fus dans la ſalle à manger prendre place autour d’une table ſur laquelle

E 2