Page:L’Étourdi, 1784.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
127
L’ÉTOURDI.


mentons, & d’un nez ſans fin, profitant de l’exemple, ſe pencha vers moi, pour me dire que cette vieille décrépite dans l’intervalle des rides de laquelle s’élevaient de gros poireaux ombragés de longs poils gris qui ſe mouvaient au branle de la tête & ſe jouaient ſur ſon viſage au gré des zéphirs, avait pouſſé le ſcrupule juſques à épouſer un jeune homme de dix-ſept ans pour pouvoir goûter ſans remords des plaiſirs qu’elle aimait.

Les autres jouaient, & je t’aſſure que je ne jouais pas le plus mauvais rôle. J’avais le malin plaiſir de parcourir tous ces ridicules, & de les graver dans ma mémoire pour m’en amuſer au beſoin. La pendule, en ſonnant ſix heures, m’avertit qu’il était temps de paraître à la comédie, j’y courus.

Serfet que j’y rencontrai, & qui, en amant tendre, poſſédait le journal de ſa maîtreſſe, m’apprit qu’elle était avec ſa fille chez Madame de Becni, J’avais connu cette Dame chez ma couſine, auſſitôt les aîles du deſir m’y tranſporterent.

F 4