Page:L’Étourdi, 1784.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
L’ÉTOURDI.


reproches, je ne doute pas qu’ils ne m’en euſſent impoſé, ſi le ton dont elle me les faiſait, ne m’eût fait perſiſter dans mes deſſeins. Sa voix, naturellement douce, avait ſi peu acquiſe ce ſon que lui donne la colere, que je ne pus me déterminer à ne pas eſſayer ſon indulgence. Je changeai ſeulement de moyens.

Tu ſais, mon cher Deſpras, avec quelle facilité je pleure, & avec quel art ; je joins aux larmes les plus abondantes les ſanglots & les gémiſſemens. Jamais plus belle occaſion d’employer mes talens ne s’était offerte. L’éloquence du ſilence, des larmes & de l’accablement, devinrent donc mes ſeules armes contre Madame de Nephes. Je me précipitai à ſes genoux, je lui pris la main, & la lui baiſai avec une ardeur extrême ; enſuite tout doucement je levai mes yeux ſur les ſiens, comme pour y chercher l’abſolution de ma témérité paſſée ; mais mon but était de lui montrer mes larmes. Car l’on m’a dit plus d’une fois que je ſuis, on ne peut pas plus intéreſſant quand je pleure ; parce que