Page:L’Étourdi, 1784.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
68
L’ÉTOURDI.


paſſe temps ſur lequel Boileau, Rouſſeau, & Voltaire m’ont rendue très difficile. Je ne crois pas cependant que ce ſoit jamais une cauſe de divorce. Vous en ſerez quitte pour faire les votres incognito, & ne me les montrer qu’autant qu’ils ſeront du mérite de ces trois Auteurs.

Quant à la figure, je crois que je vous reſſemble beaucoup, & qu’il ſerait difficile de trouver plus de rapport entre deux êtres ; il n’y a que la date de nos extraits batiſtaires qui ne ſont préciſément pas les mêmes.

L’axe du monde en dérangeant l’équinoxe a un peu éloigné les jours de notre naiſſance ; mais c’eſt ſi peu de choſes en comparaiſon de l’éternité, que je ne penſe pas que vous vouliez rompre avec moi pour cette bagatelle. Je ſuis née en 1701 ; ce n’eſt pas ma faute, & malgré les charmes de la carrierre que j’ai parcouru, je déſirerais n’avoir que quinze ans pour vous être plus agréable. Vous me paraiſſez trop galant homme pour prendre garde à cette niaiſerie. Quand les goûts, les ta-