Page:L’Étourdi, 1784.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
85
L’ÉTOURDI.


ployai mon temps à former une troupe pour jouer la comédie en ſociété ; paſſion que j’ai toujours eu, & qui ſouvent ma tenue lieu de beaucoup d’autres.

Que d’obſtacles, n’eus-je pas à vaincre avant d’y réuſſir ? C’était la conquête de la toiſon d’or ; il me fallut terraſſer tous ces monſtres qu’on nomme préjugés, & qu’il eſt difficile de détruire & même d’affaiblir dans l’eſprit des perſonnes qui les ont reçu dans leur enfance. Point de mere qui oſât permettre à ſa fille de paraître ſur le théâtre ! Elle croyait ſe perdre, & damner en même-temps celle à qui elle avait donné le jour. Point de mari qui oſât conſentir que ſa femme jouât la comédie ; il craignait les reproches de la belle-mere, & tous les propos qu’on ne manque jamais de tenir dans une petite ville de province, contre ceux qui, les premiers, font ce qui n’eſt pas encore en uſage.

Je fus obligé d’épuiſer ma rhétorique pour montrer aux uns & aux autres leurs erreurs ſur des plaiſirs devenus