Page:L’Étourdi, 1784.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
56
L’ÉTOURDI.


pit, la vengeance, ou que tout autre ſentiment également indigne de mon ame, a guidé mes pinceaux. Tu te trompes, pourſuivit le Chevalier, ce ſont la vérité, la raiſon, qui t’ont parlé par ma bouche, & qui ſe ſont ſervi de l’organe touchant de l’amitié pour t’arracher à l’erreur, & pour t’apprendre qu’il ne faut voir les femmes que par amuſement, par habitude, ou pour le beſoin d’un moment. Régler ſes deſirs ſur la facilité de les ſatisfaire, & n’être jamais dupé qu’en revanche, n’avoir ni attachement, ni eſtime pour elles, mais ſeulement de la politeſſe & de l’uſage du monde. Concluſion : il faut les mépriſer en les ſervant. “


LETTRE XI.

La toilette : Moine puni.


J’Étais encore trop jeune pour rendre juſtice aux femmes, & je n’avais ni aſſez d’expérience, ni aſſez de diſcernement