Page:L’Étourdi, 1784.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
74
L’ÉTOURDI.


ſirs, en m’offrant la ſituation dont je ſortais, m’engagerent à m’y replonger par une autre route. Cinq fois ajouta Du Roviri, j’ai donné à mon amante des preuves de mon amour, & cinq fois j’ai eu des témoignages de ſa tendreſſe.

Je racontai à mon tour à M. l’Aide-Major, comment j’avais été heureux, & lui avouai ſans honte que ſes exploits ſurpaſſaient d’une unité le nombre des miens. Mais je ne voulus pas convenir du dégré prétendu de béatitude dont il diſait avoir joui de plus que moi ; & je lui ſoutins que ma Cécile avec ſon petit nez retrouſſé, &un de ces minois raviſſans plus dangereux mille fois qu’une beauté réguliere ne le cédait à aucune femme. Elle a mille graces, & ſa voix d’une douceur admirable grave ſon impreſſion dans le cœur de ceux qui l’approchent.


Je crois la voir encore : Dieu ! quel air & quels traits !

Vénus a plus d’éclat, ſans avoir plus d’attraits.
Des charmes différens qu’elle unit & raſſemble,
Aucun n’eſt régulier… On aime leur enſemble ;