Page:L’Alcoran (traduction de Du Ryer).djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
236 L’ALCORAN.  

Nous avons envoyé cy-devant que des hommes pour enſeigner le peuple, les hommes ne conſidereront-ils pas quelle a eſté la fin des impies qui les ont precedez ? Le Paradis eſt pour ceux qui ſont des gens de bien ; ne vous convertirez vous pas ? Ils ont fait perdre à nos Prophetes toute l'eſperance de leur converſion, & ont crû qu'ils eſtoient menteurs, mais nous lesavons protegez, & avons delivré de leur malice ceux que bon nous a ſemblé ; rein n'exemptera les meſchans de la punition de leur peines, ils ſerviront d'exeples aux gens d'eſprit : L'Alcoran ne contient point de blaſphemes, il confirme les anciennes eſcritures, & enſeigne aux vray-croyans le chemin de ſalut.




LE CHAPITRE DU TONNERRE,
contenant quarante trois verſets,
eſcrit à la Meque.


AU Nom de Dieu clement & miſericordieux.[1] Je ſuis le Dieu tres ſage & miſericordieux. Ces preceptes ſont les preceptes du livre qui t'a eſté envoyé de la part de ton Seigneur, c'eſt une choſse tres-veritable, mais peu de gens le veulent croire : Il eſt envoyé de la part de Dieu qui a eſlevé le Ciel ſans appuy & ſans colonne qui paroiſſe, & s'est aſſis en ſon troſne diſpoſant de toute choſe. Il fait

  1. Voy Gelaldin & Bedaoi.