Page:L’Alcoran (traduction de Du Ryer).djvu/607

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




NOVS Conſuls, Gouverneurs, Protecteurs & Defenſeurs des privileges, Franchiſes & Libertez de la Ville de Marseille : Certifions & atteſtons à tous qu’il appartiendra, Comme Monsieur Andrè du Ryer, Seigneur de Malezair, Gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roy, & cy-devant Conſul pour ſa Majeſté en Egypte, a exercé la charge dudit Consulat en homme de bien & d’honneur, n’ayant jamais eſté fait plainte de ſon adminiſtration ny de ſes deportemens pendant le temps qu’il y a demeuré & a exercé ladite charge : Comme encore n’a eſté faite aucune plainte dudit Seigneur du Ryer durant le temps qu’il a ſejouné à Constantinople pour le ſervice de ſa Majeſté : Ainſ tous les Capitaines & Officiers des Vaiſſeaux Marchands, & autres qui negocient eſdites parties, reçoivent de luy toute ſorte de faveur, tant aux ſujets qui leur ſurviennent que aux affaires regardant le ſervice de ſa Majeſté & advantages du Commerce de ſes ſujets : en teſmoin dequoy, nous avons fait faire & ſigné ces preſentes, & à icelles fait mettre & appoſer le ſeel & armes de cette Ville accouſtumés. A Marseille ce douziéme jour de Février mil ſix cens trente-trois.

DE BOVRGOGNE Conſul.
I. SAVORNIN Conſul.
MEINARDET Conſul.
Par meſdits Sieurs Conſuls, BOET.