Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’ANARCHIE PASSIVE



I

Il existe des états maladifs passagers où tout ce que l’on voit se présente à nous sous une teinte jaune. Le même état peut être produit à volonté par l’emploi de la santonine, qui nous fait voir tout en jaune. Enfin on note des anomalies héréditaires de la vision, qui se caractérisent par l’impossibilité de percevoir certaines couleurs ; ainsi, par exemple, il y a des individus qui ne voient que le noir et le blanc (Spürzheim et Haddart[1] en parlent) et toute la richesse infiniment variée du prisme leur échappe. D’autres ne perçoivent pas le rouge, mais conservent la faculté de distinguer les autres couleurs. Il y a des

  1. Hugo Magnus. Die Farbenblindheit, 1878. — Le même, Die Bedeutung des farbigen Lichtes für das gesunde und kranke Auge, 1875.