Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


29
L’ANARCHIE PASSIVE

Cela posé, on peut aisément comprendre qu’une conscience humaine limitée soit fatalement vouée à la perception d’un nombre restreint de faits ou d’idées, et qu’ayant concentré son attention sur quelque point particulier du christianisme, elle s’en imprègne toute, et ne puisse plus rien apercevoir en dehors de ce point particulier, et devienne nécessairement partiale et exclusive.

Chacun peut reconnaître par lui-même que notre conscience est plus ou moins limitée, en considérant à quel point nous devenons insensibles au bruit, aux paroles, à toutes les impressions en général, pendant que notre conscience est toute remplie de quelques idées qui nous absorbent. Ainsi, par exemple, en pensant à quelque chose, en lisant un livre, nous n’entendons pas les questions qui nous sont adressées, ni le bruit qui nous entoure.

Plus un homme est habitué au travail cérébral, plus il se développe chez lui ce que Lazarus appelle la condensation de la pensée[1], et plus il devient capable d’apercevoir simul-

  1. M. Lazarus. Geisl und Sprache, 1878.