Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


41
L’ANARCHIE PASSIVE

s’efforcer de mettre fin à cette vie païenne, à toutes ces divisions politiques des peuples, à tous ces classements des hommes en gouvernés et en gouvernants, en sujets et en souverains.

Puis, devinant l’étonnement du lecteur, à la nouvelle que la doctrine du Christ est antisociale, et que néanmoins les empires chrétiens sont parvenus à un développement beaucoup plus grand que les empires païens, Tolstoï s’empresse de nous expliquer qu’une religion antisociale a pu servir et a servi de fondement à des empires puissants et vastes, mais à la condition expresse d’être détournée de sa vraie nature. D’après Tolstoï, l’Église et le pouvoir politique ont tout fait pour obscurcir le véritable sens de la doctrine du Christ, ils ont tout fait pour donner au monde un christianisme dénaturé, païennisé, et ce travail de déformation a commencé dès le moment où le christianisme est devenu une religion d’État, au temps de Constantin le Grand.

Malgré tout notre désir d’accepter l’argumentation du comte Tolstoï, nous ne pouvons néanmoins comprendre comment il a pu arri-