Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


44
L’ANARCHIE PASSIVE

et que tous suivent les mêmes lois d’évolution individuelle, sociale, politique, religieuse ou philosophique auxquels sont soumis les hommes en général.

Dès que l’on parle de l’évolution de l’humanité en général, on n’a pas le droit de diviser les hommes en deux catégories, dont l’une devrait être considérée comme nuisible, uniquement parce qu’elle aurait su se faire obéir de la majorité. La nature humaine offre des profondeurs plus insondables que les abîmes des précipices et de l’océan lui-même ; l’obéissance, la soumission, ne sont pas toujours basées sur la violence physique ou psychique ; au contraire la nature humaine obéit volontairement aux hommes qui lui inspirent du respect et de l’admiration par leur esprit, leurs vertus ou leurs actes, et pour lui arracher le sentiment de l’obéissance, il faudrait abolir en elle jusqu’au germe des qualités, des talents éminents ; les génies eux-mêmes devraient être exterminés pour jamais, car autrement il y aura toujours des hommes qui sauront commander, qui sauront exiger et obtenir l’obéissance des masses.