Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/73

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


61
L’ANARCHIE PASSIVE

« Mais ce n’est pas tout encore. En 1892, le même Guillaume, l’enfant terrible du pouvoir, qui dit tout haut ce que les autres se contentent de penser, parlant à quelques soldats, a publiquement dit ce qui suit, reproduit le lendemain par des milliers de journaux :

« Conscrits, a-t-il dit, devant l’autel et le serviteur de « Dieu, vous m’avez juré fidélité ! Vous êtes encore trop « jeunes pour comprendre toute l’importance de ce qui a été « dit ici, mais souciez-vous, avant tout, d’obéir aux ordres et « aux instructions qui vous seront donnés. Vous me l’avez « juré, enfants de ma garde ; vous êtes donc à présent mes « soldats, vous m’appartenez donc corps et âmes. Il n’existe « aujourd’hui pour vous qu’un ennemi, c’est celui qui est mon « ennemi. Avec les menées socialistes actuelles, il pourrait « arriver que je vous ordonne de tirer sur vos propres « parents, sur vos frères, même sur vos pères, sur vos mères « (que Dieu nous en préserve !) : même alors vous devriez « obéir à mes ordres sans hésiter. »