Page:L’indépendance de la Corée et la paix.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





c) Les Pourparlers Sino-Japonais de Shimonoseki (1895)




Les plénipotentiaires Chinois et Japonais, qui se sont réunis à Shimonoseki pour discuter les conditions de la paix entre les deux pays, se sont occupés de la question de l’Indépendance de la Corée. Les Japonais ont fait le 1er avril, la proposition suivante :


« La Chine reconnaît définitivement la pleine et complète indépendance et autonomie de la Corée, et en conséquence, le paiement du tribut, la présentation et l’accomplissement des formalités et hommages de la Corée à la Chine qui étaient une dérogation à son indépendance et autonomie, devront complètement cesser dans l’avenir. »

En réponse Li Hang Chang a écrit :

« Le Gouvernement Chinois a déclaré volontairement, il y a déjà deux mois, reconnaître la pleine et entière indépendance de la Corée et garantir sa neutralité, et il est prêt à insérer une telle stipulation dans le traité ; mais, à titre de légitime réciprocité, le Japon doit prendre le même engagement. L’article en question doit, par conséquent, être modifié dans ce sens. »

Le 6 avril, les Japonais ont demandé au plénipotentiaire Chinois, de proposer la formule de la clause. Ceci a été fait le 9 avril en termes suivants :

« La Chine et le Japon reconnaissent la pleine et entière indépendance et autonomie et garantissent la complète neutralité de la Corée. Il est convenu que toute immixtion de l’une ou de l’autre partie contractante dans les affaires intérieures de la Corée, contraires à son autonomie, et l’accomplissement de formalités ou présentation des hommages incompatibles avec son indépendance devront complètement cesser dans l’avenir ».

Le Japon a répondu le 10 avril :

« Les plénipotentiaires Japonais trouvent nécessaire de maintenir le texte primitif de l’article comme il a été présenté au plénipotentiaire Chinois. »

La clause définitive reproduit ce texte primitif proposé par le Japon.




d) Japon et Corée (1904)




Hayashi Gonsouké, envoyé extraordinaire et Ministre Plénipotentiaire de Sa Majesté l’Empereur du Japon, et le Major-Général Yé-Tchi-Yong, Ministre d’État pour les Affaires Étrangères ad interim de Sa Majesté l’Empereur de Corée, étant chacun dûment chargés de pouvoirs à cet effet, sont convenus des dispositions suivantes :


Article 1.

Dans le but de maintenir une amitié durable et solide entre le Japon et la Corée et d’établir une paix ferme en Extrême-Orient, le Gouvernement Impérial de Corée placera son entière confiance dans le Gouvernement Impérial du Japon et se conformera au conseil de ce dernier quant aux progrès à introduire dans l’administration.


Article 2.

Le Gouvernement Impérial du Japon, dans un esprit de solide amitié, assurera à la Maison impériale de Corée repos et sécurité.


Article 3.

Le Gouvernement Impérial du Japon garantit expressément l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Empire Coréen.


Article 4.

Au cas où le salut de la Maison Impériale de Corée, ou bien l’intégrité territoriale de la Corée serait mis en danger par l’agression d’une tierce Puissance ou par des troubles intérieurs, le Gouvernement Impérial du Japon prendra prendra immédiatement les mesures nécessaires réclamées par les circonstances, et, dans ces cas, le Gouvernement Impérial de Corée donnera au Gouvernement Impérial Japonais toutes les facilités nécessaires au succès de son action.

Le Gouvernement Impérial du Japon pourra, afin de remplir le but sus-mentionné, occuper, lorsque les circonstances le réclameront, les lieux qui pourront lui être nécessaires au point de vue stratégique.


Article 5.

Le Gouvernement des deux pays ne conclura pas, dans l’avenir, avec une tierce Puissance, et sans un consentement mutuel, un accord qui pourrait être contraire aux principes du présent Protocole.


Article 6.

Les détails relatifs au présent Protocole seront décidés, suivant que les circonstances le réclameront, entre les Représentants du Japon et le Ministre d’État pour les Affaires Étrangères de Corée.

(Signé) :
Hayashi Gonsuke,
Envoyé extraordinaire et Ministre Plénipotentiaire

Le 23e jour du 2d mois de la 37e année de Meiji.

(Signé) :
Major-Général Ye Tchi-Yong,
Ministre d’État intérimaire pour les Affaires Étrangères.

Le 23e jour du 2d mois de la 8e année de Kwang-mou.