Page:La Boétie - Œuvres complètes Bonnefon 1892.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

faire connaître l’auteur. L’étude qui ouvre ce volume, n’a pas d’autre ambition. Couronnée d’abord par l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, elle a été modifiée et corrigée en vue de sa nouvelle destination. Qu’il me soit permis de remercier l’Académie de Bordeaux de la récompense qu’elle a bien voulu me décerner à cette occasion.

Cette marque d’intérêt n’est pas la seule dont j’aie été honoré. Quelles que soient les imperfections de cette édition nouvelle, si elle peut être utile aux travailleurs, elle le devra aux bons enseignements qui m’ont guidé. Je suis heureux de le reconnaître maintenant. Je dois beaucoup à mon maître, M. Reinhold Dezeimeris, dont la bienveillance n’a pas cessé de m’encourager, comme sa science me conduisait. Tous ceux qui apprécient les travaux du philologue comprendront combien une pareille direction m’a été précieuse. Je remercie également M. Leo Drouyn, artiste aussi habile que savant archéologue, dont le robuste talent a illustré ce volume ; M. Philippe Tamizey de Larroque, Correspondant de l’Institut, dont la bonne grâce est toujours prête à obliger ; M. le vicomte Gaston de Gérard, qui a mis à ma disposition, avec une courtoisie parfaite, les recherches qu’il avait faites sur la famille de La Boétie. Je les prie de vouloir bien agréer l’expression de ma reconnaissance

Paul BONNEFON.