Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 1.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
93

LIVRE TROISIÈME

A l’interest commun contribuoit plus qu’eux.
Cecy peut s’appliquer à la grandeur Royale.
Elle reçoit et donne, et la chose est égale.
Tout travaille pour elle, et reciproquement
Tout tire d’elle l’aliment.
Elle fait subsister l’artisan de ses peines,
Enrichit le Marchand, gage le Magistrat,
Maintient le Laboureur, donne paye au soldat,
Distribue en cent lieux ses graces souveraines,
Entretient seul l’Estat.
Menenius le sceut bien dire.
La Commune s’alloit separer du Senat.
Les mécontens disoient qu’il avoit tout l’Empire,
Le pouvoir, les tresors, l’honneur, la dignité ;
Au lieu que tout le mal estoit de leur costé,
Les tributs, les imposts, les fatigues de guerre.
Le peuple hors des murs estoit déjà posté.
La pluspart s’en alloient chercher une autre terre,
Quand Menenius leur fit voir
Qu’ils estoient aux membres semblables ;
Et par cet Apologue insigne entre les Fables,
Les ramena dans leur devoir.


____________________


III.

LE LOUP DEVENU BERGER.


Un Loup qui commençoit d’avoir petite part
Aux Brebis de son voisinage,
Crut qu’il faloit d’aider de la peau du Renard,
Et faire une nouveau personnage.
Il s’habille en Berger, endosse un hoqueton,
Fait sa houlette d’un baston ;
Sans oublier la Cornemuse.
Pour pousser jusqu’au bout la ruse,
Il auroit volontiers écrit sur son chapeau,