Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
59
LIVRE I.


Dont le branchage, aprés Dieu, le ſauva.
S’eſtant pris, dis-je, aux branches de ce ſaule ;
Par cet endroit paſſe un Maiſtre d’école.
L’Enfant luy crie : Au ſecours, je peris.
Le Magiſter ſe tournant à ſes cris,
D’un ton fort grave à contre-temps s’aviſe
De le tancer. Ah le petit baboüin !
Voyez, dit-il, où l’a mis ſa ſotiſe !
Et puis prenez de tels fripons le ſoin.
Que les parens ſont malheureux, qu’il faille
Toûjours veiller à ſemblable canaille !
Qu’ils ont de maux, & que je plains leur ſort !
Ayant tout dit, il mit l’enfant à bord.
Je blâme icy plus de gens qu’on ne penſe.
Tout babillard, tout cenſeur, tout pedant,
Se peut connoiſtre au diſcours que j’avance :
Chacun des trois fait un peuple fort grand ;