Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
75
LIVRE II.


Et bien, baiſſons d’un ton. La jalouſe Amarille
Songeoit à ſon Alcippe, & croyoit de ſes ſoins
N’avoir que ſes Moutons & ſon Chien pour témoins.
Tircis qui l’apperceut, ſe gliſſe entre des Saules,
Il entend la Bergere adreſſant ces paroles
Au doux Zephire, & le priant
De les porter à ſon Amant.
Je vous arreſte à cette rime,
Dira mon Cenſeur à l’inſtant.
Je ne la tiens pas legitime,
Ni d’une aſſez grande vertu.
Remettez, pour le mieux, ces deux vers à la fonte.
Maudit Cenſeur, te tairas-tu ?
Ne ſçaurois-je achever mon conte ?