Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
159
LIVRE III.


Tout travaille pour elle, & reciproquement
Tout tire d’elle l’aliment.
Elle fait subſiſter l’artiſan de ſes peines,
Enrichit le Marchand, gage le Magiſtrat.
Maintient le Laboureur, donne paye au ſoldat,
Diſtribuë en cent lieux ſes graces ſouveraines,
Entretient ſeule tout l’Eſtat.
Menenius le ſçeut bien dire.
La Commune s’alloit ſeparer du Senat.
Les mécontens diſoient qu’il avoit tout l’Empire,
Le pouvoir, les treſors, l’honneur, la dignité ;
Au lieu que tout le mal eſtoit de leur côté ;
Les tributs, les impoſts, les fatigues de guerre.
Le peuple hors des murs eſtoit déja poſté.