Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
166
LIVRE III.


Ce Roy fit toutefois un tel bruit en tombant,
Que la gent marécageuſe,
Gent fort ſotte & fort peureuſe,
S’alla cacher ſous les eaux,
Dans les joncs, dans les roſeaux,
Dans les trous du marécage,
Sans oſer de long-temps regarder au viſage
Celuy qu’elles croyoient eſtre un geant nouveau ;
Or c’eſtoit un ſoliveau,
De qui la gravité fit peur à la premiere,
Qui de le voir s’avanturant
Oſa bien quitter ſa taniere.
Elle approcha, mais en tremblant.
Une autre la ſuivit, une autre en fit autant,
Il en vint une fourmilliere ;