Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
170
FABLES CHOISIES.


L’autre eſtoit paſſé maiſtre en fait de tromperie.
La ſoif les obligea de deſcendre en un puits.
Là chacun d’eux ſe deſaltere.
Aprés qu’abondamment tous deux en eurent pris,
Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous compere ?
Ce n’eſt pas tout de boire ; il faut ſortir d’icy.
Leve tes pieds en haut, & tes cornes auſſi :
Mets-les contre le mur. Le long de ton eſchine
Je grimperay premierement :
Puis ſur tes cornes m’élevant,
A l’aide de cette machine
De ce lieu-cy je ſortiray,