Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/248

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
185
LIVRE III.


Son hoſte la menoit tantoſt fendre du bois,
Tantoſt fouir, hoüer. Goute bien tracaſſée
Eſt, dit-on, à demi panſée.
O, je ne ſçaurois plus, dit-elle, y reſiſter.
Changeons, ma ſœur l’Aragne. Et l’autre d’écouter.
Elle la prend au mot, ſe gliſſe en la cabane :
Point de coup de balay qui l’oblige à changer.
La Goute d’autre part va tout droit ſe loger
Chez un Prelat qu’elle condamne
A jamais du lit ne bouger.
Cataplaſmes, Dieu ſçait. Les gens n’ont point de honte