Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
LIVRE I.


Il marchoit d’un pas relevé,
Et faiſoit ſonner ſa ſonnette :
Quand l’ennemi ſe preſentant,
Comme il en vouloit à l’argent,
Sur le Mulet du fiſc une troupe ſe jette,
Le ſaiſit au frein, & l’arreſte.
Le Mulet en ſe défendant,
Se ſent percer de coups, il gemit, il ſoûpire.
Eſt-ce donc là, dit-il, ce qu’on m’avoit promis ?
Ce Mulet qui me ſuit, du danger ſe retire,
Et moy j’y tombe, & je peris.
Ami, luy dit ſon camarade,
Il n’eſt pas toujours bon d’avoir un haut Employ.
Si tu n’avois ſervi qu’un Meuſnier, comme moy,
Tu ne ſerois pas ſi malade.