Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 2.djvu/98

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
98
FABLES CHOISIES.


Sa plainte fut de l’Olimpe entenduë.
Mercure vient. Elle n’eſt pas perduë,
Luy dit ce Dieu, la connoîtras-tu bien ?
Je crois l’avoir prés d’icy rencontrée.
Lors une d’or à l’homme eſtant montrée,
Il répondit : Je n’y demande rien.
Une d’argent ſuccede à la premiere ;
Il la refuſe. Enfin une de bois.
Voilà, dit-il, la mienne cette fois ;
Je ſuis content, ſi j’ay cette derniere.
Tu les auras, dit le Dieu, toutes trois.
Ta bonne foy ſera recompenſée.
En ce cas-là je les prendray, dit-il.
L’Hiſtoire en eſt auſſi-toſt diſperſée.
Et Boquillons de perdre leur outil,
Et de crier pour ſe le faire rendre.
Le Roi des Dieux ne ſçait auquel entendre.
Son fils Mercure aux criards vient encor,
A chacun d’eux il en montre une d’or.
Chacun eût cru paſſer pour une beſte