Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/142

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
141
LIVRE II.

Une nuit que chacun s’occupoit au ſommeil,
Et mettoit à profit l’abſence du Soleil,
Un de nos deux amis ſort du lit en alarme :
Il court chez ſon intime, éveille les valets :
Morphée avoit touché le ſeüil de ce palais.
L’amy couché s’eſtonne, il prend ſa bourſe, il s’arme ;
Vient trouver l’autre, & dit ; Il vous arrive peu
De courir quand on dort ; vous me paroiſſiez homme
A mieux uſer du temps deſtiné pour le ſomme :
N’auriez-vous point perdu tout voſtre argent au jeu ?
En voicy : s’il vous eſt venu quelque querelle,