Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je ne te veux conter qu’un Apologue.

Il eſtoit un Berger, ſon Chien, & ſon troupeau.
Quelqu’un luy demanda ce qu’il prétendoit faire
D’un Dogue de qui l’ordinaire
Eſtoit un pain entier. Il faloit bien & beau
Donner cet animal au Seigneur du village.
Luy Berger pour plus de ménage
Auroit deux ou trois maſtineaux,
Qui luy dépenſant moins veilleroient aux troupeaux,
Bien mieux que cette beſte ſeule.
Il mangeoit plus que trois : mais on ne diſoit pas
Qu’il avoit auſſi triple gueule
Quand les Loups livroient des combats.