Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’eſt proprement un charme : il rend l’ame attentive,
Ou pluſtoſt il la tient captive,
Nous attachant à des recits
Qui meinent à ſon gré les cœurs & les eſprits.
O vous qui l’imitez, Olimpe, ſi ma Muſe
A quelquefois pris place à la table des Dieux,
Sur ſes dons aujourd’huy daignez porter les yeux,
Favoriſez les jeux où mon eſprit s’amuſe.
Le temps qui détruit tout, reſpectant voſtre appuy
Me laiſſera franchir les ans dans cet ouvrage :
Tout Auteur qui voudra vivre encore apres luy
Doit s’acquerir votre ſuffrage.