Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sous vos ſeuls auſpices ces vers
Seront jugez malgré l’envie
Dignes des yeux de l’Univers.
Je ne merite pas une faveur ſi grande :
La Fable en ſon nom la demande :
Vous ſçavez quel credit ce menſonge a ſur nous ;
S’il procure à mes vers le bonheur de vous plaire,
Je croiray luy devoir un temple pour ſalaire ;
Mais je ne veux baſtir des temples que pour vous.