Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxxiv
DISCOURS

célèbres qui avaient illustré leur patrie, et il prit dès-lors la résolution de marcher sur leurs traces ; mais ne pouvant avancer qu’à pas lents dans cette route difficile, il se prépara, en se nourrissant d’avance de leurs travaux, à les égaler un jour. Il joignit de bonne heure l’expérience à la théorie : il avait déjà fait dix-huit campagnes quand le commandement de la dernière expédition lui fut confié. Garde de la marine le 19 novembre 1756, il fit d’abord, cinq campagnes de guerre : les quatre premières sur le Célèbre, la Pomone, le Zéphyr et le Cerf ; et la cinquième sur le Formidable, commandé par Saint-André du Verger. Ce vaisseau faisait partie de l’escadre aux ordres du maréchal de Conflans, lorsqu’elle fut jointe à la hauteur de Belle-Ile par l’escadre anglaise. Les vaisseaux de l’arrière-garde, le Magnifique, le Héros et le Formidable, furent attaqués et environnés par huit ou dix vaisseaux ennemis. Le combat s’engagea et devint général ; il fut si terrible, que huit vaisseaux anglais ou français coulèrent bas pendant l’action, ou furent