Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
lxix
PRÉLIMINAIRE.

ordinaire ; le revers porte cette inscription, entourée de deux branches d’olivier nouées par un ruban :

Les frégates du roi de France, la Boussole et l’Astrolabe, commandées par MM. de la Pérouse et de Langle, parties du port de Brest en juin 1785.

Tant de précautions prises pour le succès et l’authenticité d’une grande expédition, les dépenses qu’elle occasionne, les peines et les malheurs qu’elle entraîne, feront mettre en doute par quelques hommes à prévention et à système, si ces soins et ces peines sont compensés par l’utilité réciproque que trouvent les peuples dans les voyages de découvertes. Quoique j’aye refusé moi-même de reconnaître comme un bienfait l’introduction des animaux domestiques ou de quelques plantes farineuses chez les sauvages, comparée aux maux qui résultent pour eux des notions fausses ou superficielles que nos principes leur suggèrent, et de la communication soudaine de nos mœurs et