Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
2
VOYAGE

pourrait constater leur existence ou leur naufrage ; afin que dans le cas où M. de la Pérouse et ses compagnons seraient trouvés ou rencontrés, n’importe en quel lieu, il leur soit donné toute assistance, et procuré tous les moyens de revenir dans leur patrie, comme d’y pouvoir rapporter tout ce qui serait en leur possession ; l’Assemblée nationale prenant l’engagement d’indemniser et même de récompenser, suivant l’importance du service, quiconque prêtera secours à ces navigateurs, pourra procurer de leurs nouvelles, ou ne ferait même qu’opérer la restitution à la France, des papiers et effets quelconques qui pourraient appartenir ou avoir appartenu à leur expédition :

Décrète en outre, que le roi sera prié de faire armer un ou plusieurs bâtimens, sur lesquels seront embarqués des savans, des naturalistes et des dessinateurs, et de donner aux commandans de l’expédition la double mission de rechercher M. de la Pérouse, d’après les documens, instructions et ordres qui leur seront donnés, et de faire en même temps des recherches relatives aux sciences et au commerce, en prenant toutes les mesures pour rendre, indépendamment de la recherche de M. de la Pérouse, ou même après l’avoir recouvré ou s’être procuré de ses nouvelles, cette expédition utile et avantageuse à la navigation, à la géographie, au commerce, aux arts et aux sciences.


Collationné à l’original, par nous président et secrétaires de l’Assemblée nationale. À Paris, ce 24 février 1791. Signé Duport, président ; Lioré, Boussion, secrétaires.