Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
DE LA PÉROUSE.

Il coupera la Ligne par 29 ou 30d de longitude occidentale du méridien de Paris ; et si le vent le lui permettait, il tâcherait de reconnaître Pennedo de San-Pedro (Voyez la note 2), et d’en fixer la position.

Il reconnaîtra l’île de la Trinité (notes 10 et 11), y mouillera, pourra y faire de l’eau et du bois, et y remplira un objet particulier de ses instructions.

En quittant cette île, il viendra se mettre en latitude de l’île Grande de la Roche (note 19), par les 35 degrés de longitude occidentale ; il suivra les parallèles de 44 à 45 degrés, jusqu’à 50 degrés de longitude, et il abandonnera la recherche de cette île s’il ne l’a pas rencontrée quand il aura atteint ce méridien. S’il préférait de venir l’attaquer par l’Ouest, il renfermerait toujours sa recherche entre les méridiens ci-dessus fixés.

Il se portera ensuite à la latitude de la terre de la Roche, nommée par Cook île de Georgia, par 54 degrés sud. Il l’attaquera par la pointe du Nord-Ouest, et il en visitera particulièrement la côte méridionale, qui n’a pas encore été reconnue.

De là, il viendra rechercher la terre de Sandwich (note 20), par les 57 degrés de latitude sud : il observera que le capitaine Cook n’a pu reconnaître que quelques points de la côte occidentale de cette terre, et qu’on en ignore l’étendue vers l’Est et au Sud. Il en visitera particulièrement la côte orientale, pour la prolonger ensuite vers le Sud, et la tourner dans cette partie, si les glaces