Page:La Révolution française et l'abolition de l'esclavage, t9.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Introduction générale

À cette collection.

Les efforts des amis des noirs n’ont pas été vains. L’adresse qu’ils ont publiée en faveur des hommes de couleur, et dont ils offrent ici une nouvelle édition, l’a emporté sur les manoeuvres de leurs adversaires[1]. Elle a convaincu l'assemblée nationale :

  1. Que par son décret du 28 mars, elle

avoit enveloppé les hommes de couleur libres

  1. il est nécessaire de raconter un fait qui prouvera combien les colons ont été adroits pour saisir et inventer tous les moyens de décrier la société des amis des noirs. On sait que le côté droit, ou aristocratique, de l’assemblée nationale, a été appelé côté des noirs ; sans doute à cause de la robe noire portée par MM. du ci-devant haut clergé. Plusieurs habitans des colonies, ne devinant pas, à 1500 lieues, la cause de cette dénomination, ont confondu la société des amis des noirs avec le parti des noirs de l’assemblée nationale ; c’est-à-dire, avec les aristocrates ; et de-là, à ce qu’on nous a assuré, est venue la haine de beaucoup de personnes contre cette société. Cette erreur a été très-habilement saisie et entretenue par quelques députés colons.