Page:La Révolution surréaliste, n03, 1925.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Lettre

aux

écoles

du

Bouddha

Vous QUIN’ÊTESPASDANSLA CHAIR,ET QUISAVEZA QUELPOINTDE SA TRAJECTOIRE CHARNELLE,

DESONVA-ET -VIENT

INSENSÉ,L’AMETROUVELEVERBEABSOLU,LAPAROLENOUVELLE, LATERREINTÉRIEURE,VOUSQUISAVEZCOMMENT ONSERETOURNEDANSSAPENSÉE,ETCOMMENT L’ESPRITPEUTSE SAUVERDE LUI-MÊME,VOUSQUIÊTESINTÉRIEURSA VOUS-MÊMES, VOUSDONT

L’ESPRITN’ESTPLUSSURLE PLANDE LACHAIR,IL Y A ICIDESMAINSPOURQUIPRENDREN’EST PASTOUT,DESCERVELLESQUIVOIENTPLUSLOINQU’UNEFORETDETOITS,UNEFLORAISONDE FAÇADES,UNPEUPLEDE ROUES,UNEACTIVITÉDE FEUETDE MARBRES.AVANCECE PEUPLEDE FER,AVANCENT

LESMOTSÉCRITSAVECLAVITESSEDE LALUMIÈRE,AVANCENT I.’UNVERSL’AUTRE

LES SEXESAVECLA FORCEDESBOULETS,QU’EST-CEQUISERACHANGÉSANSLESROUTESDE L’AME? DANSLESSPASMESDUCOEUR,DANSL’INSATISFACTION DE L’ESPRIT.

C’ESTPOURQUOIJETEZA L’EAUTOUSCESBLANCSQUIARRIVENTAVECLEURSTÊTESPETITES, ET LEURSESPRITSSI BIENCONDUITS.IL FAUTICI QUECESCHIENSNOUSENTENDENT,NOUSNE PARLONSPASDU VIEUXMALHUMAIN.C’ESTD’AUTRESBESOINSQUENOTREESPRITSOUFFRE QUECEUXINHÉRENTSA LAVIE.NOUSSOUFFRONS D’UNEPOURRITURE,DE LA POURRITUREDE LA RAISON.

L’EUROPELOGIQUEÉCRASEL’ESPRITSANSFIN ENTRELES MARTEAUXDE DEUXTERMES, ELLEOUVREET REFERMEL’ESPRIT.MAISMAINTENANT L’ÉTRANGLEMENT

EST A SONCOMBLE,

IL Y A TROPLONGTEMPS

QUENOUSPATISSONSSOUSLE HARNAIS.L’ESPRITEST PLUSGRAND QUEL’ESPRIT,LESMÉTAMORPHOSES

DELAVIESONTMULTIPLES.COMMEVOUS,NOUSREPOUSSONS LEPROGRÈS: VENEZJETEZBASNOSMAISONS. QUE NOSSCRIBESCONTINUENTENCOREPOURQUELQUESTEMPSA ÉCRIRE,NOSJOURNA-LISTESDE PAPOTER,NOS CRITIQUESD’ANONNER,NOS JUIFS DE SE COULERDANSLEURS MOULESA RAPINES,NOSPOLITIQUESDE PÉRORER,ET NOSASSASSINSJUDICIAIRESDE COUVER EN PAIX LEURSFORFAITS.NOUSSAVONS,NOUS,CE QUEC’ESTQUELAVIE. NOS ÉCRIVAINS, NOSPENSEURS,NOSDOCTEURS,NOSGRIBOUILLESS’Y ENTENDENTA RATERLAVIE, QUE TOUS CES SCRIBESBAVENTSUR NOUS,QU’ILSY BAVENTPAR HABITUDEOU MANIE,QU’ILS Y BAVENTPARCHATRAGED’ESPRIT,PARIMPOSSIBILITÉ D’ACCÉDERAUXNUANCES,A CES LIMONS VITREUX,ACESTERRESTOURNANTES,OU L’ESPRITHAUTPLACÉDE L’HOMMES’INTERCHANGE SANSFIN. NOUSAVONSCAPTÉLAPENSÉELAMEILLEURE.VENEZ.SAUVEZ-NOUS DE CESLARVES.

INVENTEZNOUSDE NOUVELLESMAISONS.