Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Arkansas, sûr, je racontais pas ça contre vous et je m’en vais cesser si cela vous est désagréable. Ma boisson me monte à la tête, je me figure, et, avec ça, l’inondation, tant de monde à nourrir et à caser…

— Alors c’est ça que vous avez derrière la tête, hein ? Vous voulez que nous partions ? Nous sommes trop nombreux. Vous voulez que nous fassions nos paquets et que nous nous mettions à la nage. C’est ça ? Allons ?

— S’il vous plaît, soyez raisonnable, Arkansas, voyons, vous savez bien que je ne suis pas homme à ça…

— Des menaces ! Maintenant ? Pardieu, celui qui me fera peur n’est pas encore vivant ! N’essayez pas de jouer à ça, mon poulet, — parce que je supporterai bien des choses, mais je ne supporterai pas ça. Sortez de derrière le comptoir, que je vous nettoie ! Vous voulez nous mettre dehors, n’est-ce pas, espèce de capon, ficelle et sournois ! Sortez de derrière ce comptoir ; moi je vais vous apprendre à bousculer, à tourmenter et à intimider les gens qui essayent tout le temps de vous tirer d’affaire et de vous éviter des désagréments.

— Je vous en prie ne tirez pas, Arkansas ! S’il faut du sang…

— Entendez-vous ça, messieurs ? L’entendez-vous parler de sang ? C’est du sang que vous voulez alors, vous, espèce d’assassin furibond. Vous étiez décidé à massacrer quelqu’un ce matin ? Je le savais parfaitement bien. C’est moi, n’est-ce pas ? C’est moi que vous allez massacrer, n’est-ce pas ? Mais vous n’y arriverez pas sans que je prenne mon tour d’abord, voleur, cœur de pierre, foie blanc de fils de nègre ! Empoignez votre arme !

En même temps Arkansas se mit à tirer et l’aubergiste à escalader les bancs et les obstacles de toute sorte dans son désir frénétique de s’échapper. Au milieu de la bousculade échevelée, l’aubergiste enfonça une porte vitrée et, tandis qu’Arkansas se ruait à sa poursuite, la femme de l’aubergiste parut soudain dans l’embrasure de la porte et barra le chemin au bandit, une paire de ciseaux à la main. Elle était magnifique de fureur. La tête levée, les yeux flamboyants ; elle s’arrêta un instant puis s’avança en brandissant son arme. Le misérable, stupéfait, hésita, puis rompit d’un pas. Elle le suivit. Elle le fit reculer pas à pas jusqu’au centre du café et là, sous les yeux de la foule émerveillée et rangée en cercle, elle lui infligea une volée d’invectives dont jamais hâbleur défait et confus n’avait encore attrapé la pareille, probablement. Comme elle terminait et se