Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


saient un linceul autour de mon corps. L’oubli vint. La bataille de la vie était finie.

CHAPITRE XXXIII
Retour à la vie. — Ses conséquences ridicules. — Une station. — Amertume. — Les fruits du repentir. — Résurrection du vice

Je ne sais combien de temps je restai dans cet état d’insensibilité, mais cela me parut un siècle. Une vague lueur de sentiment s’éveilla en moi par degrés, puis vint une angoisse croissante dans les membres et à travers tout le corps. Je frissonnai. Cette pensée me traversa le cerveau :

« Voici la mort ! Voici l’au-delà ! »

Alors un soulèvement blanc se produisit à côté de moi et une voix dit, avec amertume :

— Quelqu’un aurait-il la bonté de me donner des coups de pieds au derrière ?

C’était Ballou — ou du moins une effigie barbouillée de neige d’où émanait la voix de Ballou.

Je me levai. Là, dans le matin gris, à moins de quinze pas de nous, se dressaient les constructions en bois d’une station de poste ; sous un hangar s’abritaient nos chevaux encore sellés et bridés.

Un arceau de neige massive se disloqua, Ollendorf en émergea et tous les trois assis par terre nous contemplâmes les maisons sans prononcer une parole. Nous n’avions pas un mot à dire. Nous ressemblions à ce blasphémateur qui ne pouvait « rendre justice à son sujet », par ses jurons. La situation entière était si péniblement ridicule et humiliante que les paroles devenaient faibles et que nous ne savions plus du tout par où commencer.

Notre joie intérieure d’être sauvés était empoisonnée, presque dissipée, par le fait. L’irritation nous gagna peu à peu et nous rembrunit ; puis mécontents les uns des autres, mécontents de nous-mêmes et mécontents de tout en général, en boudant nous secouâmes la neige de nos vêtements, nous nous frayâmes, en une file indienne bourrue, un chemin jusqu’à nos chevaux, nous les dessellâmes et nous nous réfugiâmes dans l’auberge.

C’est à peine si j’ai exagéré un seul détail de cette curieuse et absurde aventure. Elle arriva presque exactement ainsi que je l’ai rapportée. Nous bivouaquâmes bien à minuit dans le désert, sous la neige et par la tempête, désolés et désespérés, à moins de quinze pas de distance d’une hôtellerie confortable.