Page:La Vaudère - Sapho, dompteuse, 1908.djvu/149

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
144
SAPHO, DOMPTEUSE

— Je paierai ce qu’il faudra pour désintéresser Martial, dit le comte de Sazy ; je ne veux pas que ma maîtresse s’exhibe davantage dans la cage des fauves.

— À votre aise ! fit Melcy, ironique.

Sapho, cependant, gardait le silence ; un nuage assombrissait son front.

— Laissons les choses sérieuses, dit-elle enfin ; quand le moment sera venu, je prendrai une décision. Aime-moi bien, mon Christian ! Je suis si fière de t’avoir reconquis !