Page:Labelle, Choquette - Rapport sur les stations agronomiques d'Ottawa et Guelph, Rapport sur diverses stations agronomiques des États-Unis, 1889.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dans le cas où l’hon. commissaire de l’agriculture estimerait trop élevée la dépense annuelle de quatre à cinq mille piastres requise pour l’établissement d’une station expérimentale complète, il pourrait à la rigueur se contenter, pour le moment de la création d’un simple laboratoire agricole.

Des institutions de cette nature existent en Allemagne, on les appelle laboratoires de Contrôle. Ils s’occupent de l’essai des graines de semences et des analyses agricoles. Le programme des travaux dans ce laboratoire pourrait être réglé par le commissaire lui même ou laissé à la discrétion du directeur qui agirait de concert avec les cultivateurs de la province.

Les dépenses qu’entrainerait ce laboratoire ne seraient pas considérables. Le salaire du chimiste et les frais d’analyse ne devraient pas exiger une subvention beaucoup supérieure à $1,800 par année.

Veuillez, Monsieur le commissaire, agréer l’hommage de mes sentiments dévoués.

C. P. CHOQUETTE.

St. Hyacinthe, 15 décembre 1888.