Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Tout en s’habillant.) Tiens ! je me rappelle que j’ai laissé aussi mon mouchoir sous le traversin… C’est ennuyeux, parce que ça décomplète la douzaine… (S’approchant du lit.) Voyons donc, si je pouvais…


Courtevoil, rêvant.

Sentinelle, prenez garde à vous !


Ginginet.

Non, je n’ose pas ! Ah ! bah ! pour un mouchoir.


Scène VIII

Les Mêmes, Jules


Jules, entrant, toujours en caleçon, avec des bottines à la main.

J’ai retrouvé mes bottines… On m’avait donné celles d’une dame.


Ginginet.

Je vais devant pour faire préparer votre café.


Jules.

Ah ! c’est gentil.


Ginginet.

L’aimez-vous fort ?


Jules.

Oui… avec beaucoup de crème.


Ginginet.

Très bien… ne vous pressez pas… vous avez le temps. (À part.) En voilà un qui va manquer le train.

Il sort.


Scène IX

Jules, Courtevoil


Jules, seul.

Vite ! mon pantalon ! (Il passe une jambe du pantalon qui est sur la chaise.) J’ai bien juste le temps… Eh bien, et l’autre ? Je suis pourtant venu avec deux jambes. (Trouvant