Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans sa vie aussi bien que dans son théâtre, la gaieté coule de son urne comme un fleuve charriant pêle-mêle la fantaisie la plus cocasse et le bon sens le plus solide, les coq-à-l’âne les plus fous et les observations les plus fines. Pour avoir une réputation de profondeur, il ne lui a manqué qu’un peu de pédantisme ; et qu’un peu d’amertume pour être un moraliste de haute volée. Il n’a ni fouet ni férule ; s’il montre les dents, c’est en riant ; il ne mord jamais. Il n’a pas ces haines vigoureuses dont parle Alceste ; il écrit, comme Regnard, pour s’amuser et non pour se satisfaire. C’est qu’il est l’homme heureux par excellence, comme Regnard — plus même que Regnard, car il est heureux, non-seulement en lui-même, mais dans tout ce qui l’entoure. La vie lui a souri dès le berceau, et, si elle est juste, elle continuera à lui sourire jusqu’à la fin.


ÉMILE AUGIER.