Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène II

Madame Beaudeloche, Edgard, Florestine



Edgard, paraissant en grande tenue et gants blancs.

Voilà, maman !


Madame Beaudeloche.

Voyons, que je t’examine… Florestine, regardez donc comme il est bien, mon fils !


Florestine, baissant les yeux.

Je ne m’y connais pas, madame.


Madame Beaudeloche, à son fils.

Qu’est-ce que c’est que ça ? une cravate bleue ! Est-ce que tu y penses ?


Edgard.

Je vais t’expliquer… Le bleu pâlit… alors…


Madame Beaudeloche.

Du tout ! du tout ! Florestine, une cravate blanche !


Florestine.

Oui, madame.

Elle entre dans la chambre d’Edgard.


Edgard, avec humeur.

Des cravates blanches ! toujours des cravates blanches ! On a l’air d’une huître !


Madame Beaudeloche.

Une huître !… (Avec dignité.) Edgard, songe que tu te destines au notariat.