Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/283

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Veauvardin.

Comment, furt ! furt !


Edgard.

Elle est du Midi !… Y êtes-vous ?


Veauvardin.

Oui !

Il retrousse ses parements.


Edgard.

Concentrez-vous !


Veauvardin.

Je me concentre ?


Edgard, derrière lui.

Je vais vous aider. Allons !… ferme !… ferme !…


Veauvardin, à part, et faisant des passes magnétiques devant la porte.

Moi, je lui demande du baba avec du raison de Corinthe… Nous verrons qu’est-ce qui a le plus de fluide…


Edgard, à part.

Il va très bien, le beau-père ! (Haut.) Attirez-la !… attirez-la !… ferme !…

Il fait des gestes de moquerie derrière Veauvardin.


Veauvardin, continuant ses passes.

Oui, vous aussi…


Edgard.

Soyez tranquille… (Gagnant le cordon de sonnette.) Je l’attire !

Il sonne fortement.


Veauvardin.

On a sonné.


Edgard.

C’est chez le voisin… Allez toujours…


Veauvardin, déployant des efforts inouïs.

Je l’attire !… je l’attire !…


Scène XXIII