Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Saint-Germain.

Fais-la donc taire… elle va réveiller Madame.


Marie, saisit Berthe, qui est montée sur un fauteuil.

Ah ! mon Dieu ! elle empoisonne le tabac !


Berthe.

Oui, j’ai fumé avec Rocambole !


Saint-Germain.

Sapristi ! vous l’avez fait fumer ?


Rocambole.

Eh ben, quoi ?… ça leur fait pousser les dents !

Il lui porte une botte.


Saint-Germain.

Oh ! (À part.) Cornichon ! (À Marie.) Tiens-la bien !… une douche d’eau de Cologne, il n’y paraîtra plus !…

Il l’inonde d’eau de Cologne.


Berthe, trépignant.

C’est pas du kirsch, ça !


Marie.

Ne bougez pas !


Berthe, leur échappe et parcourt la chambre, poursuivie par Marie et par Saint-Germain.

Ta ra ta ta ta ta !…


Rocambole, l’excitant en riant.

Au glaop !… Ta ra ta ta ta ta !

Il chante bruyamment avec elle l’air d’entrée, pendant que Saint-Germain et Marie la poursuivent sans pouvoir la saisir.

Marie, pendant ce vacarme. Voulez-vous vous taire !…


Saint-Germain.

Rattrape-la donc !

Berthe renverse un fauteuil.