Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/427

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous venez pour l’acheter… pour lors, allez vous mettre à table… c’est l’usage du pays.


Gélinotte, gaiement.

Du moment que ça fait partie du cahier des charges…


Médard.

Allons, dépêchez-vous… Tenez, par là… Moi, j’ai une commission à faire, et, comme ça presse… bon appétit ! je me la brise !…

Il sort.

Scène IX

Gélinotte, seul


C’est elle, Plus de doute !… elle que j’ai rencontrée à Étampes, il y a quelques mois… elle que je retrouve à Châtellerault, avec son cœur, avec sa dot… tous deux, je l’espère, exempts d’hypothèques… En voilà un hasard !… J’étais là tranquillement sur la place, à causer avec le facteur, qui me remettait un paquet de lettres venant de Paris… tout un arrérage de correspondance que je me suis fait transmettre ici, depuis que j’y ai planté mes lares… et que je lirai en temps utile… Tout à coup, deux êtres d’âge et de sexe différents frappent mes regards… l’un vieux et laid… c’était le père… l’autre blanche et rose, c’était la fille… Je quitte le facteur, je cours… je les vois entrer ici, je me glisse comme un serpent… et je tiens leur trace… Mais quelle chance ! la retrouver juste au moment où j’aurais tant besoin de quarante-neuf mille sept cents francs pour compléter le prix de ma charge… une charge de cinquante mille francs !… que je ne puis pas payer en reconnaissances du Mont-de-Piété… et je