Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/482

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Potard.

Je vous dérange, cousin ?


Lenglumé.

Du tout !


Potard.

A propos ! Et mon parapluie ?


Lenglumé, bondissant.

Sapristi !


Mistingue, bas.

Tenez-vous donc !


Norine.

Je n’y comprends rien… impossible de le retrouver.


Potard.

Ah ! il ne peut se perdre ; mon nom est gravé sur le manche, avec mon adresse.


Lenglumé, bas, défaillant.

Je suis perdu !… il dira qu’il me l’a prêté !


Mistingue, bas.

Tenez-vous donc !


Norine.

Tu es sorti hier au soir, mon ami ?


Lenglumé.

Jamais !… jamais !… j’invoque un alibi !


Mistingue, vivement.

Nous étions à Vaugirard.


Norine, à part.

Vaugirard ? un alibi ?… qu’est-ce qu’ils ont ? (Haut.) Cependant tes bottes étaient crottées !