Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Félix.

Alors, on a envoyé chercher le médecin. Il l’a fait mettre au lit et il ne la quitte pas.


Fadinard, criant.

Au lit ?… où ça, au lit ?… dans quel lit ?


Félix.

Dans le vôtre, monsieur !


Fadinard, avec force.

Profanation !… que je ne veux pas !… la couche de mon Hélène… que je n’osais pas même étrenner du regard !… et voilà une dame qui vient y rouler ses nerfs !… Va, cours… fais-la lever… tire les couvertures…


Félix.

Mais, monsieur.


Fadinard.

Dis-leur que j’ai trouvé l’objet… que je suis sur la piste !…


Félix.

Quel objet ?


Fadinard, le poussant.

Va donc, animal ! (À lui-même.) Il n’y a plus à hésiter. Une malade chez moi, un médecin !… il me faut ce chapeau à tout prix !… dussé-je le conquérir sur une tête couronnée… ou au sommet de l’obélisque !… Oui, mais qu’est-ce que je vais faire de ma noce ?… Une idée !… si je les introduisais dans la colonne !… C’est ça… je dirai au gardien : "Je retiens le monument pour douze heures ; ne laissez sortir personne !…" (À Clara qui rentre étonnée, par la gauche, en regardant à la cantonade. La ramenant vivement sur le devant.) Clara !… vite !… où demeure-t-elle ?…


Clara.

Qui ça ?