Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PERRICHON

Cueille !… dans un pareil moment, je n’ai rien à te refuser… Je vais partir, Caroline.


MADAME PERRICHON, tranquillement.

Ah ! tu vas là-bas ?


PERRICHON

Oui… je vais… là-bas, avec ces deux messieurs.


MADAME PERRICHON

Allons ! tâche d’être revenu pour dîner.


PERRICHON et MAJORIN

Hein ?


PERRICHON, à part.

Cette tranquillité… est-ce que ma femme ne m’aimerait pas ?


MAJORIN, à part.

Tous les Perrichon manquent de cœur ! c’est bien fait !


DANIEL

Il est l’heure… si vous voulez être au rendez-vous à midi !…


PERRICHON, vivement.

Précis !


MADAME PERRICHON, vivement.

Précis ! vous n’avez pas de temps à perdre.


HENRIETTE

Dépêche-toi, papa.


PERRICHON

Oui…


MAJORIN, à part.

Ce sont elles qui le renvoient ! Quelle jolie famille !